France

La Venise verte

Promenade le long des conches du Parc naturel régional du Marais poitevin. (Yashica Mat 124G – Kodak New Portra 160)

 

Le Marais poitevin est une région naturelle de France à cheval entre les départements de Vendée, des Deux-Sèvres et de Charente-Maritime ainsi qu’entre les régions Pays de la Loire et Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes. L’ensemble constitué par le Marais poitevin et la baie de l’Aiguillon, relique du golfe des Pictons, s’étend sur environ 100 000 hectares.

L’espace abandonné par l’océan au fil du temps s’est peu à peu comblé de sédiments, formant une grande étendue plane, dont l’altitude de 0 et 8 mètres (la moitié du marais se situant à moins de deux mètres) est à un niveau intermédiaire entre celui des marées hautes et des marées basses. Les marais desséchés couvrent une superficie d’environ 47 000 hectares. Les marais mouillés (dont la partie la plus orientale est qualifiée de « Venise Verte ») couvrent pour leur part une superficie d’environ 29 000 hectares, tandis que des marais qualifiés d’intermédiaires (ce qui signifie qu’ils sont imparfaitement desséchés) représentent environ 19 000 hectares.

L’espace aujourd’hui occupé par le marais poitevin fait initialement partie du plateau de calcaire jurassique de la Plaine vendéenne. La dernière glaciation de Würm entraîne une régression marine et une reprise d’érosion des cours d’eau de ce plateau (bassin versant de 535 000 ha), mettant à nu des formations marno-calcaires, qui forment alors une cuvette tandis que subsistent des « buttes » calcaires plus résistantes. Cette cuvette est recouverte par la mer lors de la transgression flandrienne, formant le golfe des Pictons, « Sinus pictonum »

Un géologue grec, Artémidore d’Ephèse parle d’un “golfe” ou “sinus” qui séparait le pays des Santons (c’est-à-dire la Saintonge) de celui des Pictons (c’est-à-dire le Poitou). Ce “Golfe des Pictons” ou “Sinus Pictonum”, en raison de la présence, sur le rivage de la tribus des Pictons. Les Pictons sont des tribus celtes qui ont envahi le pays 600 ans avant notre ère, après les Ibères et les Ligures. Les Romains les ont appelés “Galli”, d’où le nom de “Gaulois” qu’ils ont porté longtemps. Un autre géographe grec, Strabon, mentionne la présence des Pictons le long de l’océan Atlantique, tandis que Pline l’Ancien ajoute que ces Pictons employaient la chaux pour l’amélioration de leurs terres.

Sur les buttes calcaires sont bâtis les villages de Maillezais, Saint-Michel-en-l’Herm ou Marans. Le golfe est alors progressivement comblé par des alluvions fluviatiles et des sédiments marins. Les dépôts sont de deux types :

  • le bri : argile gris bleuté quasi-imperméable, d’une épaisseur moyenne de dix mètres, originaire principalement de la Gironde et de la Loire, et envasant progressivement le golfe.
  • la tourbe : dépôt dû à la décomposition des végétaux (peupliers, saules, frênes, roseaux, joncs, etc.) qui prolifèrent à la suite de l’adoucissement de l’eau (le comblement du golfe entraîne en effet une diminution progressive de l’influence de l’océan). On retrouve des zones de tourbières notamment dans les communes du Bourdet, Nuaillé-d’Aunis ou Le Vanneau-Irleau, à l’Est du marais.

Cette zone marécageuse a continué de se combler, naturellement puis par l’action des hommes.

Il a existé un parc naturel régional (Parc naturel régional du marais poitevin, du Val de Sèvre et de Vendée) de 1979 à 1996, qui couvre le marais et des zones naturelles avoisinantes.

La labellisation n’a pas été renouvelée en 1997 à la suite d’un bilan très défavorable de l’évolution du marais dû aux pratiques agricoles intensives à l’égard de l’élevage extensif autrefois présent. Les collectivités membres du syndicat mixte qui gérait ce parc n’ont pas su s’entendre sur une nouvelle charte qui soit compatible avec le statut de parc naturel régional et qui aurait marqué une volonté de redresser la barre.

En 2002, les démarches visant à une nouvelle obtention du label ont été entamées.

Le parc naturel régional du Marais poitevin (18 553 hectares), agit en vue de protéger l’écosystème. Sa gestion est assurée par un syndicat mixte, présidé depuis par Pierre-Guy Perrier (LR), maire de Luçon. Une nouvelle charte doit accompagner la labellisation du parc interrégional du Marais poitevin en parc naturel régional.

En février 2008, le ministre de l’Écologie et du Développement Durable Jean-Louis Borloo remet en cause la Charte établie par les groupes de travail du syndicat mixte invoquant le fait que celle-ci présente une extrême fragilité juridique et repousse ainsi la remise en place du label de parc naturel régional.

Le 21 mai 2014, le Marais Poitevin a retrouvé le label parc naturel régional, en signant une nouvelle charte adoptée par tous les acteurs du Marais poitevin.

(source wikipedia)